Triathlon Club Nantais

Discussions entre membres du club...
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 technique natation décembre 2011

Aller en bas 
AuteurMessage
TOTOR

avatar

Nombre de messages : 45
Age : 33
Localisation : aux 50m en train de faire une pause
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: technique natation décembre 2011   Ven 09 Déc 2011, 21:43


Voici encore quelques vidéos afin de toujours et encore analyser les techniques de nage.
Amusez vous bien!
TOTOR




Puis une analyse sur le blog que j'aime consulter; via ce lien:

http://leplaisirdenager.blogspot.com/2011/12/en-profondeur-le-recordman-du-monde.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+LePlaisirDeNager+%28Le+Plaisir+de+Nager%29&utm_content=Google+Reader

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TOTOR

avatar

Nombre de messages : 45
Age : 33
Localisation : aux 50m en train de faire une pause
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: l'importance de la muscu   Dim 11 Déc 2011, 02:05


Un lien concernant la préparation physique et son importance au sein de l'entrainement:
http://www.trimes.org/2011/12/10/scienti-trimes-le-travail-en-puissance-musculaire-un-indispensable/


Scienti-Trimes: Le travail en puissance musculaire: un indispensable!
de Vincent Gauthier
Scienti-Trimes est une nouvelle chronique se basant sur la science du sport mais qui fait tout de même un lien avec l’entraînement, d’un point de vue pratique.

Comme nous le savons tous, peu importe la discipline, l’entraînement en endurance induit des améliorations au niveau des fonctions respiratoires, des capacités oxydatives et des réserves de glycogène au niveau musculaire mais qu’en est-il du système neuro-musculaire? Quel rôle joue-t’il dans la performance d’un athlète? Comment peut-on le travailler?

Ces questions sont intéressantes dans la mesure où, chez le triathlète ou le coureur moyen, la préparation physique est souvent négligée. En effet, on passe beaucoup de temps à travailler la filière aérobie mais peut de temps en salle à travailler la force et la puissance musculaire. Après tout la course à pied consiste à appliquer une force au sol et ce, le plus rapidement possible!

En prémisse à cette chronique, voici un extrait intéressant d’un article publié dans La Presse dans lequel, le journaliste Simon Drouin a interviewé Louis Bouchard, l’entraîneur du célèbre fondeur québécois, Alex Harvey. Voici une citation intéressante de Bouchard à propos de la puissance musculaire:

«La puissance est devenue tellement importante dans notre sport, souligne l’entraîneur Louis Bouchard. Ça n’a rien à voir avec l’époque de Pierre (Harvey), axée sur l’aérobie et où on ne développait pas beaucoup le haut du corps. Maintenant, avec la seule endurance, on ne réussit plus à s’en sortir.»

Intéressant, non? Qu’en est-il de la course à pied?

Dans une étude publiée par Paavolainen en 1999, on s’est penché sur la relation entre l’entraînement en puissance explosive et la performance sur une course de 5 kilomètres chez des athlètes confirmés. Sur une période de 9 semaines, pour un groupe total de 18 coureurs (dont un groupe contrôle de 8 athlètes et un groupe expérimental de 10 athlètes). Les 2 groupes s’entraînaient avec le mêmem volume d’entraînement. Toutefois, 32% du volume d’entraînement du groupe expérimental était consacré à l’entraînement en force explosive versus 3% pour le groupe contrôle. Afin de déterminer la vélocité initiale de course, les athlètes ont effectué un test MART (Maximal anaerobic and aerobic running test). Ce test consiste à faire courir un sujet sur un tapis avec une pente de 7% à une vitesse initiale de 14,5 km/h avec un incrément de 1,3 km/h pour des paliers de 20 secondes avec une récupération de 100 secondes entre chaque paliers (Nummcla et al., 1996). On mesure donc la vélocité maximale de course de l’athlète.

À la suite des 9 semaines d’entraînement, on a réalisé les tests suivants pour déterminer si l’entraînement en puissance explosive avait porté fruit: course de 5 km, économie de course (qui est en fait, le rapport entre la consommation d’O2 et la vélocité de course), 5 tests de sauts et un test de vitesse maximale sur 20 mètres. Le groupe expérimental ayant consacré 32% de leur volume total à l’entraînement de la force explosive ont connu des améliorations sur la performance de 5km, dans les tests de sauts et au niveau de l’économie de course. On a également vu une diminution du temps de contact au sol. On ne parle pas de coureurs du dimanche ici, mais bien de coureur expérimentés alors il est aisé de constater à quel point le travail en puissance peut être bénéfique. Ces améliorations ont surtout été induites en raison de l’amélioration des caractéristiques neuromusculaires tel un recrutement plus rapide des unités motrices. (Paavolainen, 1999)

Voici un graphique de la même étude qui fait état des différents déterminants de la performance en course à pied:



Tout ça est bien beau mais comment peut-on l’intégrer de manière pratique dans un cycle d’entraînement?

Il faut tout d’abord s’assurer que les athlètes sont en mesure de bien exécuter des mouvements de musculation et corriger certaines lacunes et certains déséquilibres musculaires avant d’ajouter des charges. Une fois les charges ajoutées, on peut exécuter un travail en force et graduellement inclure des éléments de vitesse (ex: jump squat). Il est également intéressant d’aller chercher des mouvements qui sont fonctionnels, c’est-à-dire des mouvements qui se rapprochent du geste à réaliser en compétition.

En somme, il est dans l’intérêt des athlètes d’intégrer des séances de travail en force et en puissance dans leur entraînement afin de solliciter le système neuromusculaire. Pour être en mesure de bien exécuter les mouvements et de partir sur la bonne voie, je vous suggère fortement de consulter un préparateur physique ou un kinésiologue.

Prochaine chronique de Scienti-Trimes: Pourquoi Alexandre Saint-Jalm boit-il du jus de betterave? La science derrière cette boisson infecte!



Vincent Gauthier



RÉFÉRENCES:

Nummcla et coll. Int J Sports Med 1996

Paavolainen L., Häkkinen K., Hämälâinen I., Nummela A., Rusko H. (1999). Explosive-strength training improves 5-km running time by improving running economy and muscle power. J Appl Physiol 86:1527-1533

Morgan. D. L. (1976). Separation of active and passive components of short-range stiffness of muscle. Electrical Engineering Department, Monash University, Melbourne, Victoria, Australia 3168
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rohini

avatar

Nombre de messages : 17
Age : 44
Date d'inscription : 26/11/2011

MessageSujet: Re: technique natation décembre 2011   Dim 11 Déc 2011, 09:26

Très intéressant.
J'étais déjà convaincue que le travail sur la puissance musculaire ne pouvait être que bénéfique.
Le hic : un préparateur physique qui pourra donner les exercices et veiller à ce que cela soit bien fait coûte cher (environ 30 euros de l'heure, à raison de 2 séances d'1h30 par semaine - ça fait un sacré budget).

Après avoir discuté longuement avec un copain entraîneur (basé à Nîmes), il a bien voulu me confier quelques principes de base concernant la course à pied.

je transmets directement ses propos :

" Par contre,j'ai parlé d'un échauffement de 10 à 15' "statique" (au sol,debout...) préalable à l'échauffement type"footing" de durée variable.
1) Le premier doit amener une élévation de la température au niveau du "muscle"+ huilage articulaire.
2) Le deuxième va quant à lui amener une élévation d...e la température au niveau "cent...ral" ,c'est à dire du corps dans son ensemble.
Faire le 2) sans faire le 1) est une erreur car ce n'est pas parce que "je" transpire après 25' de footing que je suis échauffé!De plus,il est scientifiquement démontré que le footing long à allure lente est potentiellement générateur de "raideurs".Dans certains cas même,on note un abaissement de la température au niveau du muscle après un footing léger type "échauffement",le contraire de ce que l'on souhaite!!!
Concernant la durée de l'échauffement 2) :Pourquoi 25' et pas 15 ou 10...En fait,la durée de cet l'échauffement est fonction de l'athlète,de son niveau,de sa VMA et de l'entraînement prévu!Un athlète donné doit avoir une FC de fin d'échauffement suffisante en fonction du type d'effort qui suit.Prenons 5 athlètes> des FC de repos différentes > des VMA différentes > des âges différents...On pourra considérer que tel athlète est "chaud" avec une FC de 130 alors qu'un autre le sera avec une FC de 140 ce qui impactera forcément la durée de l'échauffement.En conclusion de ce point, hormis pour la cohésion il n'y a aucune raison pour que l'échauffement soit de même durée pour toutes et tous!
Nous devons reparler aussi de l'utilisation et de l'utilité des étirements avant et/ou après!
Mon projet est entre autre "d'individualiser" les entraînements afin que chacun et chacune "travaille" en fonction de son niveau.Grâce à cela,nous agirons aussi sur la prévention des blessures et donc sur l'intégrité physique des athlètes.
(...)
Le huilage articulaire,c'est le rôle de la synovie,liquide gras qui baigne nos articulations.Faire bouger nos articulations facilitent cette lubrification.C'est pourquoi il faut un échauffement polyarticulaire "au sol" avant d'attaquer l'échauffement type footing...Pour la suite,il faut payer ;-))) "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://runvirginie.blogspot.com/
TOTOR

avatar

Nombre de messages : 45
Age : 33
Localisation : aux 50m en train de faire une pause
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: technique natation décembre 2011   Dim 11 Déc 2011, 19:09




C'est sûr..., un coach perso à domicile est une utopie...
Mais prendre le temps de faire quelques exercices de renforcement musculaire ne serait-ce qu'à poids de corps me semble accessible pour chacun d'entre nous! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rohini

avatar

Nombre de messages : 17
Age : 44
Date d'inscription : 26/11/2011

MessageSujet: Re: technique natation décembre 2011   Dim 11 Déc 2011, 21:26

Personnellement (et depuis peu je l'avoue) j'essaie de faire du renfort musculaire mais dans une séance d'entraînement (en cap ou en vélo, pour la natation je fais confiance au coach Smile ), parce que je ne vois pas comment caser autrement du renfort musculaire.

D'ailleurs la séance de renfort en vélo ce matin m'a bien vidée les cuisses, pff, j'peux plus voir un faux-plat ou une bosse en couleur No
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://runvirginie.blogspot.com/
TOTOR

avatar

Nombre de messages : 45
Age : 33
Localisation : aux 50m en train de faire une pause
Date d'inscription : 01/11/2006

MessageSujet: Re: technique natation décembre 2011   Dim 11 Déc 2011, 22:27


Quelques pompes, tractions, flexions / extensions, travail avec élastique, etc...
C'est aussi possible en natation!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rohini

avatar

Nombre de messages : 17
Age : 44
Date d'inscription : 26/11/2011

MessageSujet: Re: technique natation décembre 2011   Lun 12 Déc 2011, 21:08

il paraît effectivement que tu en fais souffrir plus d'un le mercredi soir Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://runvirginie.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: technique natation décembre 2011   

Revenir en haut Aller en bas
 
technique natation décembre 2011
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entraînement Natation saison 2010-2011
» TELETHON 2011 : 2 décembre 2011 dès 21h
» TELETHON samedi 3 décembre 2011
» Bourse de Cavaillon le 10 Décembre 2011
» Téléthon 3 Décembre 2011 à Clamart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Triathlon Club Nantais :: Entrainement-
Sauter vers: